Mincir avec l’imagination ?

L’imagination permettrait-elle de mincir ?

Des chercheurs américains ont fait une bien curieuse expérience avec l’imagination, pour connaître l’influence de notre mental sur nos réactions vis-à-vis de l’alimentation. Un article paru dans la Dépêche.fr du 3 mai, raconte :

« Tout est dans le mental », dit-on souvent. Étonnamment, l’étude « Milkshake Study », menée par des scientifiques américains et publiée dans le Guardian Liberty, prouve que cette doctrine vaut aussi pour mincir. La pensée permettrait d’accélérer le fonctionnement du métabolisme, et donc d’auto-persuader son corps de perdre du poids.

Qu’ont donc fait ces chercheurs ?

La psychologue Alia Crum a effectué ses tests à la Columbia Business School à New York. Elle cherchait à savoir en quoi l’imagination pouvait influencer le métabolisme et la sensation de faim. Pour cela, les chercheurs de son équipe ont utilisé des milkshakes qui faisaient tous 380 kcalories, mais en ont étiqueté la moitié avec 140 kcalories et l’autre moitié avec 620 kcalories.

Ils ont mesuré le taux de ghréline de tous les participants avant de leur remettre les milkshakes et après qu’ils aient bu chacun leur milkshake. La Ghréline est une hormone produite au niveau de l’estomac et qui provoque la sensation de faim. Le taux de ghréline diminue de manière significative quand la personne a pris un repas suffisant, et elle ralentit le métabolisme quand l’estomac est vide et l’accélère quand l’estomac est rempli.

Pour les personnes ayant bu le milkshake étiqueté 620 kcalories, le taux de ghréline est descendu 3 fois plus que celui des participants croyant avoir bu une boisson insignifiante. La sensation de satisfaction, la faim et le métabolisme étaient également liés aux qualités des boissons que les participants croyaient avoir consommé.

D’autres études ont montré que la vue d’images d’aliments à haute valeur calorique à des personnes à jeun fait monter les taux de ghréline beaucoup plus que la même vue de ces images par des personnes ayant mangé et à qui on avait injecté en plus de la ghréline.

L’imagination influe sur les mécanismes métaboliques et les sensations. La simple vue d’un étiquetage peut modifier les réactions du corps et influencer le ressenti.

Traduit d’après un article de Beth A. Balen du Liberty Voice (source http://www.news-medical.net/health/Ghrelin-What-is-Ghrelin.aspx) http://guardianlv.com/2014/04/milkshake-study-how-beliefs-can-affect-hunger-and-metabolism/

Pour recevoir votre cadeau gratuit remplissez ce formulaire
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

%d blogueurs aiment cette page :