Le glyphosate, la maladie cœliaque et l’intolérance au gluten

 

Le glyphosate, la maladie cœliaque et l’intolérance au gluten

Traduction du résumé d’un article publié par PubMed Central – Interdisciplinary Toxicology. 2013; Vol. 6(4): 159–184

Anthony SAMSEL Independent Scientist and Consultant, Deerfield, NH 03037, USA

et Stephanie SENEFF Computer Science and Artificial Intelligence Laboratory, MIT, Cambridge, MA, US

La maladie cœliaque, et, plus généralement, l’intolérance au gluten, est un problème croissant dans le monde entier, mais surtout en Amérique du Nord et en Europe, où l’on estime que 5% de la population en souffre . Les symptômes incluent des nausées, des diarrhées, des éruptions cutanées, de l’anémie macrocytaire et des dépressions. C’est une maladie multifactorielle associée à de nombreuses carences nutritionnelles ainsi que des problèmes sur la reproduction et une augmentation du risque de maladies de la thyroïde, d’insuffisance rénale et de cancers.

Ici, nous proposons que le glyphosate, l’ingrédient actif de l’herbicide Roundup ®, est le facteur déterminant le plus important dans cette épidémie. Des poissons exposés au glyphosate, développent des problèmes digestifs qui rappellent la maladie cœliaque. La maladie cœliaque est associée à des déséquilibres au sein des bactéries intestinales qui peuvent être entièrement expliqués par les effets connus du glyphosate.

Les caractéristiques de la maladie cœliaque présentent la dépréciation de nombreuses enzymes du cytochrome P450, qui sont impliqués dans la détoxification des toxines environnementales, l’activation de la vitamine D3, le catabolime de la vitamine A , et le maintien de la production de l’acide biliaire de l’apport en sulfate vers l’intestin.

Le glyphosate est connu pour inhiber les enzymes du cytochrome P450. Les carences en fer, cobalt, molybdène,  cuivre et d’autres métaux rares associés à la maladie cœliaque peuvent être attribuées à une forte capacité du glyphosate pour chélater ces éléments. Les déficiences en tryptophane, la tyrosine, la méthionine et la sélénométhionine sont dues au contact avec le glycosate connu pour sa capacité à réduire la quantité de ces acides aminés.

Les patients atteints de maladie cœliaque ont un risque accru de lymphome non hodgkinien, qui a également été impliqué dans l’exposition au glyphosate. Les problèmes de reproduction associés à la maladie cœliaque, comme l’infertilité, les fausses couches, et des malformations congénitales, peuvent également être expliqués par le glyphosate. Les résidus de glyphosate dans le blé et d’autres cultures ont probablement augmenté récemment en raison de la pratique de plus en plus fréquente de la dessiccation des cultures juste avant la récolte.

Nous soutenons que la pratique de la « maturation » de la canne à sucre avec du glyphosate peut expliquer la récente augmentation de l’insuffisance rénale chez les travailleurs agricoles en Amérique centrale.

Nous concluons par un plaidoyer pour amener les gouvernements à reconsidérer la politique de sécurité des aliments en ce qui concerne les résidus de glyphosate.

http://sustainablepulse.com/wp-content/uploads/2014/02/Glyphosate_II_Samsel-Seneff.pdf

Pour recevoir votre cadeau gratuit remplissez ce formulaire
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

Commentaires
  1. 3 années ago
    • 3 années ago

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

%d blogueurs aiment cette page :