Demain 23 mai, la journée européenne de l’obésité

Organisée autour du thème « halte aux régimes, restons gourmands de bonne santé », la 5ème édition de la Journée Européenne de l’Obésité (JEO) se tient le vendredi 23 et le samedi 24 mai 2014 à travers toute la France. Il a été largement démontré que les régimes étaient inutiles voire dangereux à long terme. Cet événement, relayé par le Collectif National des Associations d’Obèses (CNAO) avec le soutien de ses partenaires, a pour objectif de sensibiliser les français aux dangers des régimes, et des pathologies que l’obésité entraîne. L’important est de manger sainement. Faire attention n’est pas un calvaire ! La gourmandise a sa place dans une alimentation saine : il faut être gourmand de Bonne Santé ! www.jeo-cnao.fr 

http://www.imaps.fr/index.php/actualites/item/831-communique-imaps-partenaire-de-la-journ%C3%A9e-europ%C3%A9enne-de-l%E2%80%99ob%C3%A9sit%C3%A9

La réflexion des spécialistes de la nutrition et des psychologues, les conduit à penser que le régime alimentaire n’est pas la solution au problème de l’obésité.

Les services des santé constatent que le surpoids gagne les adultes de plus de 18 ans, de plus en plus nombreux et de plus en plus jeunes à devenir obèses. L’obésité qui touchait autrefois les personnes d’âge mûr, à partir de 50 ans, devient un problème mondial car elle touche toutes les classes d’âge avec le cortège de maladies qu’elle entraîne et la surmortalité que l’on constate.

Pourquoi le régime n’est-il pas la bonne solution ?

Il est avéré à présent que les causes de l’obésité sont multiples, et qu’un programme de restriction contrariant l’addiction à la nourriture amène plus de risques de dommages que de bienfaits sur le long terme. L’obésité est en réalité un trouble cognitif et doit être traitée car plus le régime contient d’interdits, plus le manque fait ressentir d’irrépressibles tentations.

On doit apprendre à distinguer le besoin ressenti de nourriture entre :

  • – la véritable sensation de faim
  • – les habitudes
  • – la gourmandise
  • – le besoin de compenser un stress

Il faut pour cela mener un travail de fond de réflexion avec la personne. La tenue d’un journal où seront notées les consommations de nourriture et boissons de la journée peut être utile en même temps qu’un accompagnement psychologique .  La compulsion s’accompagne souvent en effet d’un sentiment de culpabilité contre soi-même. L’obésité doit être considérée comme une maladie et prise en charge physiquement et psychologiquement.

http://www.chu-nancy.fr/index.php/mai-2014/obesite-halte-aux-regimes

Pour recevoir votre cadeau gratuit remplissez ce formulaire
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.